Accueil » Travailler en Australie » PVT Australie » Travailler en Australie : comment rapidement trouver un bon job ?

Travailler en Australie : comment rapidement trouver un bon job ?

by Jeremybackpacker
travailler en australie blog

Si tu te demandes “comment rapidement travailler en Australie?“, que tu aimerais en savoir plus sur le marché de l’emploi en Australie afin de mettre toutes les chances de ton côté pour trouver un job, t’es au bon endroit !

Trouver un emploi sur marché du travail australien est très différent de ce qu’on peut connaître chez nous. Encore plus pour nous, bons backpackers/PVTistes. La manière de chercher un job en Australie varie aussi beaucoup en fonction du secteur dans lequel tu souhaites travailler, et c’est ce qu’on va voir aussi.

En pleine préparation de ton PVT en Australie ou en N-Z ? ✈️
Recevoir des conseils & bons plans sur l'Australie & la N-Z (Plus d'infos)
Mais tu te poses un tas de questions ? Tu souhaites être préparé(e) au mieux pour ton départ ? Recevoir des conseils concrets et des bons plans (jobs notamment), me poser tes questions et être tenu informé sur la ré-ouverture des frontières en Océanie, tu peux simplement t’inscrire ici ✌🏼
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Tu peux accumuler des petits boulots et travailler en ville (comme j’ai pu le faire à mes débuts), aller travailler en ferme pour faire du fruit picking et valider tes jours pour le second visa ou encore chercher un emploi plus qualifié pour espérer le Graal et ce fameux visa sponsorship.

Je pense sincèrement que savoir comment ça se passe pour trouver du travail en Australie avant même de s’envoler représente un réel gain de temps et donc d’argent.

Si t’es déjà sur place et que tu as déjà commencé à postuler et distribuer des CV, j’espère que cet article t’aidera concrètement dans ta recherche d’emploi.

Il est scindé en 2 catégories principales :

  • Une partie plus “théorique” : le visa requis, les démarches et les indispensables pour rechercher un emploi et travailler en Australie, les différents secteurs sur le marché du travail australien et leurs salaires, etc.
  • Une partie pratique/concrète : le côté “vraie vie” sur place. Concrètement, comment ça se passe quand tu travailles en Australie ? Mes jobs, comment je les ai trouvés (en ligne ou agences), mes salaires, le fruit picking et des tas de conseils pratiques (niveau d’anglais, s’adapter etc.).
    Le tout basé sur mes expériences personnelles.

J’aime autant prévenir, l’article est long, il se veut complet et concret (c’est beau). Je suis persuadé que si tu le termines, tu auras une bien meilleure vision du marché de l’emploi australien. Mais aussi et surtout que tu auras toutes les cartes en main pour optimiser ta recherche d’emploi.

[Si tu as des remarques, des questions ou des bons plans à partager concernant le travail en Australie, n’hésite pas à les partager en commentaires ou directement en m’écrivant sur Instagram.]

Travailler en Australie | Sommaire & épingle

travailler-en-australie-trouver-un-job

Je ne prétends pas avoir la science infuse, loin de là, mais je suis parti Working Holiday Visa en Australie avec seulement 900 euros en poche. Et pourtant, j’ai pu financer l’achat d’un 4×4 et faire le tour de l’Australie pendant 2 ans et les 6 mois en Asie du Sud-Est qui ont suivi.

Et ce n’est pas grâce à un oncle américain qui aurait fait fortune dans le pétrole.

Travailler en Australie : le contexte

Sur mes 2 années en Australie, je pense avoir travaillé un peu moins de la moitié du temps.

J’ai d’abord découvert avec des petits boulots de quelques jours trouvés sur Gumtree. Mais j’ai vite compris que les petits jobs ne me permettraient pas de vivre en Australie tout en économisant de manière efficace. Puis j’aimais un peu trop sortir, aussi.

Je suis ensuite allé dans le Victoria (pour mes 88 jours de ferme). Puis plus tard dans la construction à Sydney et même dans la Daintree Rainforest, dans le Queensland, au nord de Cairns (photo plus bas).

Le Permis Vacances Travail australien représente une opportunité incroyable. Nous sommes chanceux d’avoir la chance de pouvoir faire une demande de visa pour travailler et voyager à l’autre bout du monde en quelques clics. Je n’y connais pas grand-chose en politique internationale, mais pour les coups, ces accords bilatéraux avec le gouvernement australien, je dis merci !

J’en parle davantage dans l’article “12 raisons de faire son WHV en Australie”, mais si ce pays est devenu l’eldorado des backpackers, ça n’est pas pour rien.  Notamment pour les salaires (j’y viens juste après avec une carte des salaires par état).

Au-delà de l’aspect financier, c’est aussi et surtout les expériences et le fait de faire des jobs que tu ne feras probablement jamais en France ou en Belgique.

Trouver du travail en Australie

Entre déménager un salon de coiffure, entretenir l’enclos d’un crocodile, démolir des magasins dans un centre commercial et faire des crêpes dans un van, j’ai varié les plaisirs, comme on dit !

Il y a des choses et des bases à savoir, trouver un job en Australie n’a absolument rien à voir avec chez nous :

J’ai très souvent trouvé des jobs par moi-même, mais des agences faites pour backpackers m’ont parfois dégoté des super plans, dont celui qui a duré 5 mois (je cite ces agences un peu plus bas).

Une chose à noter, j’ai démarré mon aventure à Perth, et je pense que ça m’a pas mal avantagé par rapport aux autres grandes villes que sont Sydney et Melbourne. J’explique pourquoi choisir Perth comme ville d’arrivée ici.

Pas encore réservé ton billet d’avion ?
L’équipe française d’AustralieTours, c’est :

Les conditions pour travailler en Australie

Avant le départ

Bien que le visa touriste autorise le travail bénévole ainsi que le HelpX et le Wwoofing en Australie, si tu veux partir travailler en Australie, il te faudra donc le Working Holiday Visa.

Il y a d’autres alternatives que tu pourras trouver sur le site du ministère de l’intérieur australien, mais le WHV est de loin le plus simple à obtenir.

Si tu es intéressé(e) par ce visa, j’ai écrit un article complet qui reprend  tous les préparatifs d’avant départ pour partir en Australie (notamment comment demander son visa Permis Vacances Travail (PVT), les prérequis, le choix de la ville d’arrivée, tous les documents à préparer, etc.).

Pouvoir trouver un travail une fois sur place

Une fois sur place, le visa PVT seul ne suffit pas. Avant de pouvoir travailler (légalement) en Australie, il y a des conditions administratives, mais aussi des choses qu’il est bon de savoir pour maximiser ses chances dans sa recherche d’emploi.

D’un point de vue administratif :

  • Un TFN (Tax File Number) : c’est un peu l’équivalent du “permis de travail“, sans ça, impossible de travailler légalement en Australie. Tu as 28 jours pour le fournir à ton employeur, mais la demande doit avoir été faite.
  • Un numéro de téléphone australien : le forfait free c’est bien pour la data, mais il te faut un numéro australien
  • Un compte en banque : pour être payé, c’est pas mal
  • Un CV “à l’australienne” (=resume) + lettre de motivation (=cover letter): ça dépendra des secteurs d’activités, pour un job en fruit picking, ça sera très rarement demandé, mais dans l’horeca ou la restauration, très souvent
  • L’une ou l’autre certification professionnelle qui t’aideront grandement lors de la recherche d’emploi (on voit ça plus bas).

Et j’ajouterai donc 2 facteurs “humains” basiques, mais pourtant déterminants selon moi. Tu trouveras régulièrement des gens se plaindre de ne pas trouver de job en Australie, ou clamer que l’Australie est “surcôtée”, etc.

Il est possible de trouver des emplois avec de très bons salaires toute l’année, mais pour cela, il faut :

  • Une bonne faculté d’adaptation : le marché du travail australien et les formalités n’ont RIEN À VOIR avec chez nous dans bon nombre de jobs destinés aux backpackers. Avec parfois des salaires très variables à la clé.
  • De la volonté et de la débrouillardise : tu vas te retrouver à peut-être faire des horaires différents, à travailler dans l’outback loin de tout, à faire des jobs très répétitifs, etc.

À noter que le “cash in hand” (travail “au noir) est très répandu en Australie.

Les Australiens sont les rois du DIY (Do It Yourself) et les particuliers (voire même professionnels) font souvent appel à des backpackers pour des jobs divers et variés. Ça reste illégal aux yeux du gouvernement australien, donc n’ai rien dit, mais tu verras sur place.

J’ai également rédigé un guide pratique sur les premières démarches administratives dès que t’arrives en Australie. Notamment comment ouvrir un compte un banque, demander son TFN, obtenir un numéro de téléphone australien, et quelques certifications professionnelles que tu peux faire rapidement. Même si j’en parle plus longuement plus bas !

Les contrats de travail en Australie

À ton arrivée, tu atterriras probablement dans une grande ville, et vivre en Australie, ce n’est pas donné, donc les salaires sont bien plus élevés que chez nous.

Le salaire minimum dépend du type de contrat de travail que tu signes. Il y en a surtout 3 qui concernent les backpackers :

  • Full-Time job : contrat temps plein classique. Salaire minimum 740,80$ par semaine soit 19,49$/h. T’as des congés payés, congés maladie payés, etc.
  • Part time job : mi-temps, 3/4 temps. Même salaire que ci-dessus.
  • Casual job : le plus courant, mais aussi le plus intéressant pour nous. Salaire minium en casual est de 24,36$/h (avant taxes donc) depuis le 1er juillet 2019. Mais pas de congés payés, tu travailles quand on a besoin de toi uniquement, on peut te dire de partir du jour au lendemain, etc.
    À noter, tu peux avoir des jobs à temps plein avec des horaires fixes, mais sous un contrat casual (meilleur plan)

Si t’es payé en dessous de ce taux horaire, c’est illégal, et tu peux reporter ton employeur à Fairwork Australia.

J’ai récemment trouvé cette carte des salaires en fonction des différents états, ça donne une bonne idée !

salaires-en-australie-par-etat

Salaires moyens hebdomadaires en Australie en 2019. Source : abs.gov.au

On va maintenant voir les secteurs qui offrent généralement le plus de possibilités d’emplois pour les backpackers. Je vais également donner des “moyennes” de salaires par secteurs d’activité en Australie. Elles sont là à titre indicatif uniquement !

Les secteurs accessibles aux WHV et leurs salaires

Je devrais plutôt titrer “les secteurs LES PLUS accessibles aux WHV”. Car, bien que la majeure partie des PVTistes travaillent dans les branches professionnelles que je vais citer, certains finissent par dégoter des emplois bien plus qualifiés.

Pour cela, il faut généralement un très bon anglais et de l’expérience dans le domaine recherché. Mais ça peut en valoir la chandelle, car ces emplois plus qualifiés peuvent parfois menés au sponsoring visa.

On va donc passer en revue les secteurs principaux dans lesquels nous, tendres backpackers, sommes souvent recherchés (ces jobs sont souvent les plus simples à obtenir). Ensuite on verra concrètement comment on chercher un job en Australie dans le détail !

La construction et le bâtiment

C’est là que tu vas en ch*er. En tant que backpacker, tu ne seras pas le patron du chantier, mais plutôt en bas de l’échelle. C’est un peu le prix à payer quand tu n’as pas d’expérience professionnelle, tu me diras. Mais ça fait aussi partie des secteurs où tu peux très rapidement décrocher un job et accumuler les heures supplémentaires.

Tu seras le “Hey mate, clean up this shit”-type of guy. Mais le bâtiment peut aussi offrir de très bons salaires. C’est en bossant de nuit en démolition que j’ai eu mon meilleur taux horaire (36AUD/h).

Salaires dans la construction : ça peut beaucoup varier :
∙ General labourer (sans expérience) : 22 à 25$/h
∙ Skilled labourer (expérience/spécialisé) : 30-35$/h
(skilled labourer).
∙ Demolition labourer (j’avais 0 expérience je bossais de nuit) : 33-34$/h

J’ai posé des pavés, bossé pour un toiturier sur des échafaudages vraiment pas très sécurisés, etc.. Tu te retrouveras parfois dans des situations plutôt risquées sur chantier, d’où l’importance d’avoir une bonne assurance PVT.

L’horeca (hospitality) / restauration / bar / café

Je n’ai que très peu d’expérience là-dedans, mais c’est aussi très prisé par les PVTistes. Pourtant, à part si t’es chef, les salaires sont souvent médiocres (souvent au minimum wage (19.49AUD/h), voire moins si t’es au black).  La concurrence est également très présente pour ces jobs. Je n’ai personnellement jamais cherché à bosser dans ce secteur.

Je raconte cependant des expériences de copains/copines plus bas.

Salaires dans l’horeca en Australie : souvent le secteur le moins bien payé.
∙ Être à la plonge (dishwasher) c’est souvent en dessous des 20$
∙ Serveur.se : 20-22$
∙ Travailler dans un bar : 20-25$
∙ Aide en cuisine (kitchen hand) : 23-25$

Travailler en usine / packing

Je n’ai pas expérimenté ça en Australie, mais c’est quelque chose que j’ai expérimenté pendant 5 mois lorsque j’ai travaillé en Nouvelle-Zélande. Et je retiens une chose ; je l’ai fait une fois, j’ai tenu, j’ai très bien économisé, mais je ne le ferai plus.

C’est répétitif, usant et éprouvant. J’étais dans des conditions particulièrement délicates et sans aucun autre backpacker, donc il y a surement des meilleures conditions de travail si tu es avec une chouette équipe.

Le seul avantage (non des moindres) c’est que j’ai pu accumuler énormément d’heures (parfois 70 heures par semaine) et donc économiser beaucoup d’argent (je détaille ça dans l’article dédié).

Salaire en usine / packing : souvent “mal” payé car nécessitant peu de skills : 20-23$

Les autres types de jobs

Franchement il y a de tout en Australie. J’ai bossé 5 mois dans une pépinière géante à 15 minutes d’où j’habitais à Perth, donc c’était parfait.

Je gagnais 25$/h et franchement ce n’était pas très éprouvant.

Tu peux bosser comme femme de ménage (housekeeping), comme vendeur/vendeuse, distribution de flyers, de bottins, déménageur (j’ai testé 2 sem haha), comme jardinier (garderner/landscaper), etc.

Il y a aussi des tas de jobs dans l’outback, cattle station (ferme de bétail), grain / crop factory, etc. qui sont généralement très bien payés également.

Tu retrouveras pas mal d’exemples de salaires en Australie ici.

Travailler en Australie Perth

Pépinière gang

Le fruit picking et le travail en ferme

Le fruit picking fonctionne principalement en fonction des saisons de récoltes en Australie. Donc il faut s’adapter. Si tu cherches un boulot dans le Victoria alors que ce n’est pas la saison, tu peux chercher tant que tu veux, tu perds ton temps.

En janvier, nous étions à Perth avec mon travelmate, décidés à faire nos fermes, mais ce n’était pas la bonne saison, ou alors les équipes de pickers étaient déjà toutes complètes. On a donc dû se rendre dans le Victoria, au nord de Melbourne.

Mais on arrivera à faire nos 3 mois de travail éligible pour le second WHV au même endroit et bien économiser pour l’achat de notre 4×4.

Le travail en ferme est une expérience très singulière, nous on en a ch*é, mais on en garde de super souvenirs. Les backpackers qui travaillent ensemble deviennent une véritable famille. Ça devient une expérience humaine inoubliable et ça t’aide à surmonter ces 3 mois de boulot.

travailler en australie fruit picking

Fruit picking family

Mais ça reste un passage (presque) obligatoire si tu veux prolonger ton aventure australienne d’un an (88 jours de jours de travail dans une des régions éligibles définies par le gouvernement australien). Le plus simple et facile à trouver pour beaucoup c’est le travail en ferme, il y a d’autres secteurs et alternatives partout en Australie (surtout dans le Northern Territory).

J’ai d’ailleurs écrit un guide pratique complet sur le fruit picking en Australie (avec mon récit d’expérience, salaires, etc.)

Le bénévolat / Helpx / Wwoofing / Au pair

Il y a des tas de possibilités qui permettent de travailler en échange d’être logé/nourri et blanchi, en gros, tu travailles en tant que bénévole. J’en ai aussi testé quelques-unes et elles ont toutes été de super expériences.

D’expérience, travailler en tant qu’au pair est plus délicat, car les enfants australiens sont davantage élevés comme des rois/reines, et bon nombre de filles avec qui j’en ai discuté ont parfois dû changer de familles plusieurs fois.

Concernant le helpX, je raconte comment ça se passe ainsi que mon expérience (incroyable) dans un refuge pour kangourous ici.

travailler en australie bénévolat

Travailler en tant que bénévole en Australie, y a pire !

Les petits boulots

Les petits boulots sont souvent associés aux jobs “cash in hand” qu’on peut trouver assez facilement sur Gumtree.

La majorité de ces jobs ne sont pas déclarés, donc je n’ai rien dit, ok ? Mais disons qu’ils dépannent bien lorsque tu as besoin de renflouer les caisses rapidement.

Les tâches peuvent aller de quelques heures à plusieurs semaines, et sont très variées, tu peux vraiment trouver des jobs pour tout et n’importe quoi.

Exemples de petits jobs que j’ai eus :

  • Déménager un salon de coiffure dans le CBD de Perth. (20$/h pendant 2 semaines, 4-5j/sem – PERTH)
  • General labouring : nettoyer les sites de chantiers (20$ à 25$/h, 2-3 jours par-ci par-là – PERTH)
  • Demolition labourer : casser des murs à la masse (drôle 10 min après t’es mort, no joke), nettoyer le chantier.. Une fois pour un particulier (20$/h pendant 2 semaines 4-5j/sem- PERTH) une fois pour une société de nuit (35$/h, 4-5 jours – PERTH)
  • Assistant crêperie dans un foodtruck : job bien sympa à assister des Français qui avaient un food truck pour des évènements extérieurs  (festivals, etc.) – 20$/h, 6-8h/sem pendant 2 mois – PERTH
  • Roofing assistant : en gros on portait les plaques isolantes de 40kg sur des échafaudages sans sécurité pour un Albanais qui parlait mieux à ses chiens qu’à nous je pense. -18$/h pendant 2 semaines – SYDNEY.

Quand je te disais que travailler en Australie, c’est être flexible !

Les +Les – 
  • Rapides et relativement faciles à trouver
  • Souvent payés au jour le jour
  • Dépannent en situation d’urgence
  • Possibilité d’être rappelé plus tard
  • Pas besoin d’expérience
  • cumulable avec d’autres jobs à côté
  • Instables, certains jours tu seras appelé, d’autres non
  • Horaires non fixes, parfois journée complète, parfois matinée uniquement..
  • durée limitée ; quelques jours à 1-2 semaine(s) max généralement
  • Revenus variables (dépend du boss)
  • Souvent très physiques et répétitifs
  • parfois payés en retard ou à la fin de la “mission”

Le souci c’est que ça risque de ne pas être une rentrée d’argent régulière. Même lorsque tu travailles pour un particulier. Tu seras appelé uniquement quand il aura besoin de toi. Il y a des jours où il aura besoin de 2 bras de plus, d’autres non.

Passons maintenant à la recherche concrète d’un travail en Australie !

Les atouts pour trouver un job

À noter que je ne parle pas mal des boulots dans le bâtiment, mais ces conseils sont valables pour tous les secteurs ; restauration, serveur/se, picking, administratif, etc.

D’avance, je m’excuse à vous, tendre gente féminine, étant un mec (si si…), je ne vous oublie pas. Je vous consacre une partie un peu plus bas, basé sur des expériences de boulots/recherche d’emplois de filles rencontrées là-bas.

Avoir un minimum d’anglais

Ça peut paraitre évident, mais combien de francophones se plaignent de ne pas trouver un travail alors qu’ils ont du mal à aligner 2 phrases, ou pire, ne font même pas l’effort.

C’est parfaitement normal de ne pas être bilingue dès son arrivée, mais il faut faire preuve de bonne volonté pour montrer à son employeur qu’on est motivé. S’entrainer avant de partir en regardant des séries, etc sont des bons débuts.

Sinon, tu peux toujours prendre des cours d’anglais les premières semaines, mais l’immersion restera toujours le meilleur moyen d’apprendre.

comment trouver du travail en australie

Même avec un certain niveau d’anglais, il faut quelques jours (voire semaines) pour arriver à comprendre l’accent australien. Et encore plus pour comprendre l’accent du bon fermier australien de l’outback.

Mais tout n’est pas perdu Alex, à partir du moment où tu comprends les instructions, que tu fais de ton mieux et te donnes vraiment, ton boss n’aura aucune raison de te virer.

Je me rappellerai toujours de mon premier job avec un pote, un vieil Australien qui déménageait et qu’on comprenait à peine. Heureusement qu’il fallait juste remplir un énorme container avec ses meubles.

Fun fact, il n’était visiblement pas pauvre car il nous a payés 150$ chacun pour 3 heures de boulot. Du 50$/h, ça n’arrive qu’une fois, crois-moi.

Être volontaire et flexible

Je pense que c’est même plus important que le niveau d’anglais. Je suis diplômé en marketing et je n’ai pourtant fait que des jobs manuels ou physiques. Pourquoi ? Car ce sont les jobs les plus simples à trouver. Construction, démolition, déménagement, etc. Tu ne seras pas le boss du chantier, plutôt en bas de l’échelle, mais ça paie bien.

Si t’as de l’expérience (électricien, charpentier, maçon, etc.), tu peux rapidement te faire beaucoup d’argent en Oz.

Si tu fais ton précieux et que tu ne veux travailler que dans un certain secteur, tu risques d’être à sec et de rentrer au pays avant d’avoir un essai.

Je me suis retrouvé à remplir une brouette de briques cassées et la vider dans un container en boucle, pendant 2 semaines 5 jours par semaine, 8-9h/jour. Et là tu penses “fais ton PVT en Australie qu’ils disaient..”.

Mais au final, ça paie. Et après mes 2 semaines, j’étais bien content de mes 1600$. Donc oui, faut se préparer à des moments pas cools où tu en ch*es. Ça rendra ton prochain road trip made in Australia d’autant plus kiffant car tu l’auras d’autant plus mérité.

Être volontaire, en vouloir. Peu importe le job que tu feras, si tu y mets du tien, ton boss appréciera.

Obtenir des certifications professionnelles

Obtenir des diplômes professionnels sera un réel atout pour travailler dans certains secteurs. Parfois, ça sera même une nécessité (comme la White Card en construction, par exemple).

Les certifications professionnelles les plus utiles aux WHV :

  • La white card : que je conseille de faire dès que possible, car elle est primordiale pour travailler dans le bâtiment
  • La forklift licence : pour être habilité à utiliser les chariots élévateurs (jobs souvent bien rémunérés
  • le Confined space certificate : pour travailler en espace confiné
  • la Blue Card (Traffic Control Course) : pour devenir “Traffic Controller”, c’est parfois un très très bon plan dans l’outback
  • Le RSA : obligatoire pour ceux et celles dont le travail implique de servir de l’alcool (bars, restaurants, etc.)
    Le RSA peut être un peu complexe car il varie d’état en état, passer son RSA à Perth ne pourrait par exemple  pas suffire pour travailler à Sydney, par exemple.
  • Le First Aid et CPR qui sont parfois demandés (premiers secours)

Certaines certifications peuvent se faire en ligne, d’autres nécessitent plusieurs jours de formations sur le terrain (forklift, ce qui parait logique).

J’ai personnellement passé ma white card et mon RSA sur le site https://www.eot.edu.au/

Comment trouver du travail en Australie ?

Tout dépendra du type de travail que tu chercheras. Au début, tu prends ce que tu trouves, on ne va pas se mentir.

Gumtree sera un super moyen de dégoter tes premiers petits boulots, ou même mieux. Bien évidemment, tu te doutes que tu n’es pas le seul backpacker à l’affût d’une nouvelle opportunité, donc la concurrence est présente (surtout si tu veux travailler dans les grandes villes, ce qui n’est pas le meilleur plan si tu veux mon avis).

Le secret c’est de se s’y connecter tôt, très tôt. 7AM-7.30AM. Et tous les matins Pourquoi ? Pour 2 raisons :

  • Parce la concurrence entre backpackers est bien moindre, le backpacker est flemmard et aime dormir.
  • Car les employeurs qui ont besoin de main d’oeuvre à l’improviste vont poster sur Gumtree vite fait car ils auront besoin de bras et ils savent qu’avec Gumtree, en 10 min ils auront des appels.

Donc, dans “jobs”, tu rafraichis la page toutes les 3-4 minutes, et le jeu c’est d’être le premier à spot les annonces. Et ensuite d’être le premier à appeler l’employeur, dire que tu peux être là dans X min. Et BAM,  t’as un job.

Si tu conviens, souvent il te sera demandé de revenir le lendemain, puis encore, et parfois ça peut durer plusieurs semaines. Où même être rappelé dès qu’ils en auront le besoin. Se créer des plans jobs comme ça est très utile sur le court/moyen-terme.

Petit à petit, tu te feras un petit réseau, et les employeurs garderont ton numéro au cas où.

Bon plan : créer sa propre annonce

Autre chose qui fonctionne bien, créer sa propre annonce sur Gumtree.  Dans l’onglet jobs, il est possible de rédiger sa propre annonce. Alors tu ne seras pas le seul, mais avec mon travelmate, on avait posté une annonce genre “2 young and physically fit backpackers av. with own car and white card” en détaillant nos précédents jobs”.

Du coup, de temps à autre, on recevait des appels, on a même déjà dû refuser des jobs car on bossait déjà, donc ça fonctionne aussi. Faut juste bien se vendre !

Vêtements de travail et avoir sa voiture

2 autres astuces (c’est bibi qui régale c’est cadeau) ; c’est d’avoir et de conserver des vêtements de travail “type chantier” (comme sur la photo où je chill avec mon pote le croco). Ce qu’ils appellent des “high vis” pour “high visibility” donc orange ou jaune fluo. Mais également des “steel caps boots” pour chantier. Chaussures de sécurité en gros.

En bon backpacker fauché, le meilleur plan est de se rendre dans un magasin “Salvos” (deuxième main). Pour les chaussures, gumtree, tu connais maintenant. J’ai acheté les miennes 25$ et elles ont tenu un an avant de rendre l’âme !

L’autre gros avantage c’est d’être véhiculé. Il y a 2 écoles :

  • Ceux qui achètent des poubelles roulantes à 5-600$ pour dépanner un temps. J’ai connu un Belge qui en était à sa 3e caisse en 2 mois (vu qu’elles lâchent). Je trouve que c’est un peu de l’argent gâché, mais chacun sa méthode.
  • Économiser plus longtemps pour acheter un bon 4×4 van que tu garderas longtemps.

Tu sais pour quelle option j’ai opté.

Gumtree est idéal pour trouver des jobs petits jobs, mais ce qui tu veux réellement, si ton but est d’économiser un maximum pendant plusieurs mois, c’est de trouver un boulot à temps plein où tu pourras éventuellement accumuler un maximum d’heures supplémentaires.

Trouver du travail temps plein

Les +Les – 
  • Salaires souvent plus élevés (23$/h minimum en général)
  • Rentrées d’argent fixes et régulières
  • payées à la semaine
  • Horaires fixes
  • possibilité d’heures sup payées à un salaire supérieur (week-end..)
  • Économies moyen long terme
  • Supperanuation (9,5% de sa paie chaque semaine en bonus)
  • Jobs plus difficiles à trouver
  • Souvent besoin de s’engager pour plusieurs mois
  • Une routine qu s’installe
  • Job peut être très répétitif

J’ai eu 2 gros jobs full-Time en Australie. Un à Perth de 5 mois et un au nord de Cairns de presque 3 mois. En plus de mes 3 mois de ferme, donc.

Ces 2 jobs ont été mes plus grosses rentrées d’argent et les principales raisons de la longévité de mon voyage en Australie puis en Asie. D’ailleurs ma période full-Time job à Perth avec ma sharehouse est probablement une des périodes qui me manquent le plus.

Vivre avec une bande de potes, gagner environ 1000$/sem, sortir les weekends, faire des festivals et économiser 400-500$/semaine était juste l’équilibre parfait pour moi.

Trouver un travail en Australie

Travailler en Australie pour les filles

Les filles de ma sharehouse s’en sortaient plutôt bien pour les jobs.  Ce paragraphe peut semble cliché/sexiste à souhait, mais j’explique juste ce qui fonctionnait pour elles.

Bon il y a souvent des jobs “au pair”, comment je l’ai mentionné plus haut. Tu vis avec une famille et tu t’occupes des gosses, des courses, etc. J’ai très rarement rencontré de filles qui se plaisaient bien en étant au pair. Les gosses australiens sont élevés comme des rois par les parents qui les pourrissent de cadeaux.

Certaines filles au pair gagnaient tout de même jusqu’à 400$/semaine, en plus d’être logées, nourries et blanchies, donc.

Pour les jobs  plus classiques, l’hospitality reste la meilleure option. Serveuse en restaurant ou dans les bars. Les patrons sont souvent enclins à engager des backpackers pour ce type de jobs.

Elles démarchaient très souvent les restaurants ou bars directement, en déposant des CV’s et en demandant à voir le responsable. Quand je parlais de clichés, c’est parce qu’elles s’habillaient de manière à mettre toutes leurs chances de côté… Et décrochaient souvent plusieurs essais en une journée.

Mais des tas de filles travaillent également en packing, en cleaning, dans les fermes, etc. Je partage juste ce qui semblait le mieux marcher pour les filles de notre coloc’ !

Et les agences intérim ?

Les agences pour backpackers

Alors, en Australie, il y a carrément des agences d’emplois pour backpackers. Certaines sont cependant payantes pour accéder aux annonces, d’autres non.

C’est là que je pense que les agences prennent tout leur intérêt. C’est notamment grâce à The Job Shop que j’ai pu obtenir un super job dans une “pépinière” dans laquelle j’ai travaillé pendant 5 mois.

Se déplacer et aller déposer des CV’s dans des agences en personne aide je pense.

En tout cas, pour avec the Job Shop, ça a marché. Je pense qu’une fois rencontrés en personne ils sont plus enclins à te contacter quand ils un job auquel tu peux correspondre.

D’autres agences backpackers :

Après il suffit de google “backpackers job agencies + ville” ou “recruitement agencies + ville” et tu trouveras ton bonheur.

Les agences classiques

Il y a également des agences d’embauche “classiques”.

Il faut un CV “à l’australienne” bien ficelé pour maximiser ses chances. Ces agences sont intéressantes car elles proposent des jobs destinés aux Australiens, donc souvent mieux rémunérés.

Mais cela veut aussi dire que la concurrence y est plus sérieuse. Et je pense que dans certains cas, les Australiens sont favorisés. Mais bon nombre de backpackers finissent par trouver des super plans via ces sites.

Les meilleures agences d’intérim en Australie :

  • Hays
  • Indeed
  • Seek
  • Mannpower
  • Bluecollarjobs
  • Allstar

Seek et Indeed semblent être celles qui fonctionnent le mieux pour les PVTistes, donc je t’ai mis les liens car je suis sympa.

L’équilibre entre voyager et travailler en Australie

Trouver un travail en Australie est la clé pour voyager longtemps là-bas (sauf si t’as économisé pendant 5 ans ou que papa et maman allongent). Du coup, faut répartir son temps. J’ai souvent travaillé par période de 3-4 mois, ce qui me permettait de profiter pendant 4-5 mois.

Quand je suis arrivé, j’ai profité (sorties tout ça) un mois puis j’étais fauché. J’enchaînais les petits boulots pendant un bon mois, mais sans vraiment m’y mettre. Du coup, je couvrais mes frais, mais je n’économisais pas réellement.

Fruitpicking travailler en australie

On a donc décidé d’aller faire nos fermes et de s’attaquer au mythe du fruit picking. Loin de tout, et pendant 3 mois, on a bossé comme gorets et économisé passé 5000$ chacun. (Pas horrible, mais y a moyen de faire bien plus.)

Ces 3 mois de dur labeur auront financé l’achat de Goldie, notre 4×4 qui nous aura coûté 6000$. Le tout en validant nos 88 jours de ferme pour la demande de second visa. Alors oui, c’est une somme, mais un 4×4 comporte énormément d’avantages par rapport à un van. Cette somme nous a également permis de faire notre premier gros roadtrip sur la côte ouest.

Chose qui n’aurait jamais été possible si j’avais continué à accumuler les petits boulots en sortant 4 fois par semaine…

Ça me fait penser à ces 2 Français qui étaient dans la même ferme, mais qui bossaient à moitié. Ils nous avaient fait marrer en gueulant “Faut pas oublier que dans Working Holiday Visa, il y a Holiday les gars“. Alors oui, c’était super marrant sur le coup. Mais ils passaient leur temps en ferme au milieu de nulle part sans vraiment économiser.

Travailler pour prolonger son voyage en Australie

Rapidement avant de conclure, travailler est aussi et surtout une manière de prolonger son séjour en Australie. Voire même de pouvoir s’expatrier pour de bon en Océanie.

Au-delà du fait de renouveler son Working Holiday Visa jusqu’à 2 fois, tu peux potentiellement espérer te faire sponsoriser et obtenir un visa “sponsorship”, comme je l’expliquais brièvement plus haut.

C’est en général via des emplois plus qualifiés dans la construction ou le manuel (si tu es menuisier professionnel, électricien, etc.) ou encore en tant qu’employé (dans le marketing, le tourisme, la communication).

Il faut tomber sur la bonne entreprise et le bon patron qui sera prêt à faire les démarches pour toi, car c’est assez couteux et ça demande beaucoup de démarches administratives pour toi, mais aussi pour la société qui te sponsorise. Tu peux en lire davantage ici. Autant te dire que ça reste assez rare.

Si tu souhaites rester en Australie, le visa est pour moi bien plus accessible et peut être une très bonne solution pour repousser la date fatidique du retour.

Travailler en Australie : conclusion

Partir vivre et travailler en Australie est vraiment une expérience à part, tu feras un tas de choses que tu n’as jamais faites auparavant, mais c’est ce qui rend cette expérience aussi riche. Ce n’est pas toujours facile, tu dois parfois travailler dur, dans des conditions pas faciles. Mais la fierté de te dire que tu finances ton aventure en Océanie par toi-même est réelle !

En tout cas, j’espère que cet article sur le travail en Australie t’a été utile et t’ai aidé ! J’ai vraiment essayé de faire une sorte de guide complet sur les types de jobs, les salaires, comment trouver les bons plans jobs, etc. J’espère que c’est réussi (si t’es toujours là, j’imagine que oui !).

Un dernier rappel, si tu veux mettre toutes les chances de ton côté pour préparer ton PVT, et que je t’aide concrètement à planifier ton arrivée (logement, navette), mais aussi à trouver un job ensemble dès ton arrivée, n’hésite pas à aller voir la page des accompagnements PVT !

Si cet article t’a aidé, que tu as une question ou une remarque, n’hésite pas à laisser un commentaire (ou simplement si t’as apprécié l’article, ça fait toujours plaisir pour le temps investi!).

Si vraiment t’es une belle personne, n’hésite pas à parler et recommander le blog quand tu en as l’occasion (à des amis, en commentaires sur des groupes FB, etc.), le bouche-à-oreille m’aide beaucoup, donc un grand merci !

J’ai lancé une liste d’emails, promis aucun spam. C’est simplement pour te partager des bons plans, des réductions spéciales de partenaires ou simplement t’informer des nouveaux articles. Je fais ça environ une fois par mois max (quand j’y pense, haha).

En pleine préparation de ton PVT en Australie ou en N-Z ? ✈️
Recevoir des conseils & bons plans sur l'Australie & la N-Z (Plus d'infos)
Mais tu te poses un tas de questions ? Tu souhaites être préparé(e) au mieux pour ton départ ? Recevoir des conseils concrets et des bons plans (jobs notamment), me poser tes questions et être tenu informé sur la ré-ouverture des frontières en Océanie, tu peux simplement t’inscrire ici ✌🏼
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Enjoy Straya mate !

Jérémy

Ça devrait aussi t'intéresser !
Laisse un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 Commentaires
Clémence 02/03/2020 - 18:16

Bonjour,
Super article très utile merci,
Pourrai tu rappeler les “bonnes saisons” pour le fruit picking stp ?

Reply
Jeremybackpacker 02/03/2020 - 18:52

Salut Clémence !

Merci pour ton message, ça fait toujours plaisir à lire 🙂

Concernant le Fruit picking, j’ai écrit un article complet sur le sujet : https://www.jeremybackpacker.com/fruit-picking-australie-ferme/
C’est difficile de sortir quelques saisons comme ça, il y en a énormément, d’où l’article entier dédié au sujet :). Après les récoltes ne sont pas une science exacte. Une année une récolte peut être exceptionnelle, l’année suivante “mauvaise”, etc.. le temps est d’être volontaire et travailleur, et de ne pas hésiter à bouger si un plan ferme est pourri.

Talk soon,

Jérémy

Reply
Mandy 20/02/2020 - 13:17

Salut! J’ai passé ma matinée à lire tes articles et j’ai qu’une hate c’est de partir!
Je trouve que ton site est vraiment une source d’encouragement!
Merci pour ces précieux conseils et merci de nous partager ton beau parcours!
Bonne journée 🙂

Reply
Jeremybackpacker 21/02/2020 - 06:31

Salut Mandy !

Merci beaucoup pour ton commentaire, ça fait plaisir à lire 🙂

Content que le blog te sit utile dans ta préparation, c’est son but !

Au plaisir et enjoy Straya !

Jérémy

Reply
Sabrina 11/02/2020 - 15:06

Bonjour c’est un super article merci !!
J’ai juste une question pour ma soeur qui est en Australie plus précisément à Sydney,
quel est le meilleur bon plan pour elle comme job ? Elle ne reste que 6 mois donc jusqu’à fin juillet
À vrai dire elle a du mal a trouver elle y est depuis janvier :/

Merci d’avance !

Reply
Jeremybackpacker 11/02/2020 - 18:46

Salut Sabrina !

Merci pour ton commentaire (et merci de m’avoir lu !)

Il n’y a pas de solution miracle, cela dépend de son CV et du secteur dans lequel elle recherche. Pour être franc, j’ai toujours eu un peu du mal pour conseiller sur Sydney et Melbourne, car ce sont les villes les plus prisées donc la concurrence entre chercheurs d’emplois y est la plus forte.
J’ai tendance à recommander d’élargir son champ de recherches. Parfois des personnes cherchent pendant des semaines pour absolument travailler dans le centre alors qu’aux alentours de Sydney (ou même en dehors de Sydney) tu pourras trouver bien plus facilement.

À Cairns je n’avais eu aucune réponse en une semaine et demi, puis j’ai élargi à 150km’s autour (sur gumtree) et en quelques jours j’avais 3 réponses positives. 🙂

Bon courage à ton soeur (et je lui conseillerais également de ne pas passer ces 6 mois à Sydney si elle en a la possibilité, l’Australie c’est bien plus que Sydney.. :))

Au plaisir,

Jérémy

Reply
Yann 07/02/2020 - 01:30

Salut! Ce commentaire pour te dire bravo pour ton site très bien fourni et précis. Muni de mon WHV, je suis arrivé à Melbourne il y a deux semaines et je compte y rester approximativement six mois, soit la durée de mon voyage. A la recherche d’un job, j’écume les sites pour trouver le maximum de conseils et le tien a vraiment retenu mon attention.
Encore félicitations.
Yann

Reply
Jeremybackpacker 07/02/2020 - 17:14

Salut Yann !

Merci pour ton commentaire, ça fait plaisir à lire ! Je m’efforce de trouver l’équilibre entre récits d’expériences & conseils pratiques et concrets, pour la recherche de job notamment !

Content que l’article te soit utile 🙂

Si j’avais un petit conseil à te donner, ça serait de ne pas forcément passer l’ensemble de ton WHV au même endroit. Surtout si tu ne peux en utiliser que la moitié, ça serait dommage de ne pas parcourir au moins la côte Est jusqu’à Cairns, par exemple, ce sont des paysages que la majorité d’entre-nous ne verront probablement qu’une fois dans leur vie 🙂

Et si tu ne trouves pas dans le centre de Melbourne, n’hésite à élargir ton champ de recherche !

Talk soon et bonne chance dans ta recherche 🙂

Jérémy

Reply
Ali 26/01/2020 - 12:47

Coucou. J’ai une question suite à un soudain revirement dans mon cerveau. Je voyage actuellement en Asie avec peu de budget. Crois tu qu’il est possible de prendre direct un avion pour l’Australie et voir les possibilités sur place ou au moins puis je faire une demande de visa depuis la Thaïlande ?? Parcque que sinon je dois revenir en France et ça c’est pas un bon plan du tout !!

Reply
Jeremybackpacker 26/01/2020 - 13:18

Salut Ali !

Oui tu peux faire une demande de n’importe où. La chose à savoir ce que si tu fais une demande tu dois attendre que ton visa soit accepté avant de pouvoir te rendre en Australie (ça va en général vite mais il y a de plus en plus de contrôles, ils demandent parfois des checks de santé (surtout si t’as voyagé plusieurs mois en Asie, ce genre de choses).

Faut aussi prouver que t’as les fonds nécessaires (ils demandent une preuve de 5000 AUD + assez pour un vol retour lors de la demande du visa (en gros un screenshot ça a l’air de passer).
Tu ne dois pas avoir cette somme sur toi mais y avoir accès “si besoin” (donc compte français c’est bon).

Je parle des démarches avant de partir en PVT ici si jamais 🙂 https://jeremybackpacker.com/partir-1-an-en-australie/. En espérant que ça t’aidera 🙂

Talk soon,

Jérémy

Reply
Barry 22/01/2020 - 22:57

Un article bien rédigé merci beaucoup pour tous ces renseignements
cordialement.

Reply
Jeremybackpacker 23/01/2020 - 09:34

Salut Barry !

Merci beaucoup pour ton retour (ainsi que de m’avoir lu!), content qu’il t’ait été utile. 🙂 Si t’as des questions, n’hésite pas !

Talk soon,

Jérémy

Reply
Guy Gerlier 20/01/2020 - 11:22

Tous mes compliments pour cet excellent article. BRAVO !!!
Cordialement
GG

Reply
Jeremybackpacker 20/01/2020 - 12:15

Salut Guy,

Merci pour ton commentaire, ça fait toujours plaisir à lire, en espérant que ça t’ait aidé dans tes recherches 🙂

Talk soon mate,

Jérémy

Reply
preparation-PVT-australie-nouvelle-zelande

Les 5 erreurs à éviter pour réussir son PVT !

En pleine préparation (ou déjà en plein) PVT en Australie ou en Nouvelle-Zélande ?

Recevoir des vrais conseils concrets par email t'intéresserait ? 

Le premier concerne les 5 erreurs à éviter pour bien débuter (pas comme ça, du coup)

PS : Cela me permettra aussi de te tenir informer sur la ré-ouverture des frontières en Océanie.

Tu es bien inscrit(e) ! Vérifie tes SPAMS au cas où et ajoute bien l'adresse "[email protected]" pour ne louper aucun email :)

Pin It on Pinterest
Cet article t'a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?

S'il t'a aidé ou intéressé, ça pourrait servir d'autres ! (Puis ça m'aide beaucoup, aussi!)