Accueil » PVT Nouvelle Zélande » Préparer son départ » Partir en Nouvelle-Zélande : préparer son PVT en 9 étapes !

Partir en Nouvelle-Zélande : préparer son PVT en 9 étapes !

par Jeremybackpacker Dernière mise à jour le
Dernière mise à jour le
partir en nouvelle zelande preparatifs

Tu souhaites partir en Nouvelle-Zélande mais tu ne sais pas trop comment t’y prendre ? Quels sont les préparatifs, combien de temps à l’avance il faut commencer à organiser ton voyage ? Où encore les choses à savoir avant de s’envoler pour l’Océanie ? Cet article (et plus largement, cet humble blog) devrait, je l’espère, t’être utile !

Avant d’en venir à la préparation, il faut savoir quand partir en Nouvelle-Zélande et combien de temps s’y prendre à l’avance. Une fois ces 2 questions traitées, on attaquera les 9 préparatifs d’un départ PVT, dans l’ordre.

Le tout avec un maximum de conseils pratiques et des retours d’expériences. Ce que j’ai fait, mais aussi et surtout ce que j’aurais pu préparer différemment (bon après, même j’ai atterri à Auckland avec 500€ et que je m’en suis sorti, je ne le conseille pas spécialement, haha.)

Bien que je parle de sujets plus généraliste comme le choix de la ville d’arrivée (Auckland n’est pas toujours le meilleur choix!), la réservation du billet d’avion, etc. Cet article est principalement dédié aux jeunes voyageurs qui souhaitent s’expatrier temporairement grâce au Programme Vacances Travail (PVT) néo-zélandais.

Si tu es davantage intéressé par l’organisation d’un road trip ainsi qu’un itinéraire détaillé (et son budget), le guide complet dédié à notre road trip à travers les 2 îles sera plus approprié. Tous les incontournables y sont repris ; les volcans de l’île du Nord, les glaciers de l’île du Sud, les randonnées et paysages immanquables, etc.

[optinform]

Futurs PVTistes, entrons dans le vif du sujet ! (Pourquoi je parle comme si j’étais un vieux prof ?)

Partir en Nouvelle-Zélande | Sommaire & épingle

partir-en-nouvelle-zelande-blog

blogueur-voyage-jeremybackpackerSalut, c’est Jérémy, voyageur passionné et auteur de ce blog 👋🏼 Ce blog voyage né en 2018 après 3 années et demie de voyage (PVT / sac à dos), par pure passion. Aujourd’hui, grâce à vous, il représente une partie de mon métier-passion d’entrepreneur nomade indépendant ! Afin de continuer à enrichir, mettre à jour et améliorer ce site (et par souci de transparence), cet article contient des liens affiliés. Ce sont des liens vers des services voyage et des partenaires de confiance que je sélectionne avec soin avant de vous les recommander (et pour lesquels j’essaie de vous négocier des réductions!). Passer par ces liens (pour comparer, voire même réserver) est la meilleure façon de soutenir ce blog et de me remercier pour ces articles qui, je l’espère, t’aident du mieux possible à préparer ton voyage.
Merci à ceux qui y penseront, et bonne lecture 🙏🏼
Si tu as une question avoir lecture, je réponds aux commentaires, sinon tu peux me joindre sur Instagram !
Et n’oublie jamais, ta vie est ce que tu en fais ! – Jérémy

Quelle est la meilleure période pour partir en Nouvelle-Zélande ?

La logique ici est un peu la même que pour un WHV en Australie.

C’est-à-dire que, d’un point de vue « climat / météo », les saisons étant inversées par rapport à chez nous en Océanie (hémisphère sud, tout ça), l’été néo-zélandais s’étend de décembre à février.

C’est donc durant cette période que tu maximiseras des chances de beau temps, ciel bleu, grand soleil, etc.

quand partir en nouvelle nouvelle

Climat idéal en Nouvelle-Zélande. Source : Partir.com

Précision importante, c’est également (et logiquement) durant l’été que la Nouvelle-Zélande connait son « pic touristique », la fameuse haute saison touristique, qu’on adore tous.

Donc si tu veux éviter la file au sommet du Roys Peak, les centaines de personnes devant le Wanaka Tree et j’en passe, je te recommande t’anticiper ou de laisser passer les mois de décembre, janvier et février.

C’est ce qu’on a fait, on a démarré notre road trip à la mi-mars pour le terminer fin avril, on a eu une météo globalement agréable et il y avait bien moins de monde sur les routes.

Donc, si ton objectif premier est d’arriver, d’acheter un bon van, et partir en road trip, la période idéale s’étendra de novembre à mars/avril. Attention aux prix des vans durant cette période, ceci dit, ça peut vite être n’importe quoi. C’est pour ça que j’ai rédigé un guide complet sur l’achat d’un van en Nouvelle-Zélande.

van aménagé nouvelle zelande

Notre divin van, toaster !

En revanche, si tu souhaites travailler dès ton arrivée à Auckland, Wellington ou Christchurch, par exemple, privilégie plutôt les mois de septembre, octobre et novembre.

La Nouvelle-Zélande repose énormément sur le secteur du tourisme, donc l’été crée beaucoup d’emploi, que ça soit dans la restauration, les cafés, les agences de voyages, etc. ! Ceci dit, il y a du travail toute l’année, j’ai d’ailleurs également écrit un article pour savoir comment trouver un bon job en Nouvelle-Zélande.

Combien de temps à l’avance faut-il entamer les préparatifs ?

Ça dépendra un peu du caractère de chaque personne (plus ou moins prévoyant(e)). Mais, de manière générale, je pense qu’entamer les préparatifs pour partir en Nouvelle-Zélande entre 4 et 6 mois avant la date de départ est une bonne fourchette.

D’expérience, 4 à 5 mois permettent de s’en occuper sans trop de stress (du moins, jusqu’à la dernière semaine avant de s’envoler haha).

Cette « règle » s’applique aux PVTistes mais aussi pour l’organisation d’un séjour en NZ (réservation de camping-cars, vans, etc. Et surtout en haute saison).

Les 9 préparatifs essentiels pour partir en Nouvelle-Zélande

Si j’ai volontairement traité les 2 points précédents avant celui-ci, c’est qu’à priori, une fois que tu sais quand partir et quand entamer les démarches, tu n’as plus qu’à prendre cette fameuse décision.

Se décider à sauter le pas et s’envoler pour les terres maories, à 19 000 kilomètres, pour une année, c’est l’étape la plus difficile, qui suscite le plus de réflexions, de doutes, d’incertitude.

Une fois la décision prise, le plus dur est fait, crois-moi !

Étape 1 : Obtenir son Working Holiday Visa

La toute première étape, avant de réserver quoique ce soit, c’est de faire sa demande et d’attendre la validation de celle-ci pour recevoir son WHV, aussi appelé Working Holiday Scheme sur le site de l’immigration néo-zélandaise.

Il y a cependant quelques critères d’éligibilité et des conditions d’accès au programme Vacances Travail.

Les conditions et critères d’éligibilité au WHV en Nouvelle-Zélande :

 

Ce sont les plus importants, mais tu peux retrouver les critères détaillés pour les Belges et pour les Français.

À noter qu’il n’y a pas de quota fixé par le gouvernement néo-zélandais pour la Belgique, la France ou le Canada. Donc un nombre de places illimité. C’est pour cela que plus de 10 000 Français s’y rendent chaque année (contre environ 800 Belges.. On fait ce qu’on peut les gars).

Ce qui reste un énorme avantage. Quand je vois le système des quotas pour obtenir un PVT pour le Canada, je peux te dire que ça simplifie énormément la phase de préparation et d’organisation.

Obtenir ton passeport en France :
• Se demande dans n’importe quelle mairie
• Peut prendre jusqu’à 3 semaines
• Coute 86€ (plus d’infos ici)
Demander son passeport en Belgique :
• Se fait auprès de ta commune
• Délai d’obtention de 5 jours ouvrables
• Coute 65€ (plus d’infos ici)

La demande et l’obtention du WHV pour partir en Nouvelle-Zélande

La demande et le paiement pour un visa vacances travail se fait uniquement sur le site de l’immigration néo-zélandaise :

La seule alternative est de passer par une agence spécialisée et certifiée qui s’en chargerait pour toi, mais à part te faire payer des frais supplémentaires, je n’en vois pas trop l’intérêt. Il suffit de se créer un compte et de répondre aux questions.

Si tu as « peur », car c’est en anglais, dis-toi que c’est un bon premier exercice, tu n’as pas de « temps limité ». Sinon, il y a ce tutoriel pas-à-pas.

La demande prend entre 20 et 30 minutes et le visa Working Holiday coute, depuis le 31 juillet 2022, 455 NZD (cela inclut la taxe TVL de 35 NZD), soit environ 260€. Tu paies au moment de la demande, donc si tu ne respectes pas un critère et qu’il t’est refusé (tu ne seras pas remboursé).

La demande se fait uniquement sur le site de l’immigration néo-zélandaise (attention aux arnaques), dont les liens se trouve ci-dessus.

Il te faudra ton passeport, une seconde pièce d’identité (carte d’identité, permis de conduire..) ainsi qu’une carte visa / Mastercard (pour le paiement).

Combien temps après la demande reçoit-on son visa ?

Le délai d’acception du PVT va généralement de quelques heures à une petite semaine. Cependant, en fonction de ton profil et de tes précédents séjours à l’étranger, un examen médical peut être exigé (pas de bol).

Si tout se passe bien, après quelques jours, tu recevras mail t’indiquant que c’est bon, ta demande a été acceptée ! Note bien ton « client number » ainsi que ton « application number », ça te servira pour demander ton IRD Number (obligatoire pour travailler).

Pour télécharger et imprimer ton précieux WHV, il faudra te connecter sur le site de l’immigration, et dans la section Working Holiday Schemes, tu pourras ouvrir ton Evisa (qui est d’ailleurs très moche, ils pourraient faire un effort haha).

demande visa pvt partir en nouvelle zelande

Le Graal !

Et une fois que tu l’ouvres (ça peut avoir changé depuis) :

obtention visa pvt nouvelle zelande

Et là t’es joie !

Étape 2 : choisir une assurance voyage PVT

En plus d’être une décision responsable et une garantie pour rassurer papa et maman, souscrire à une assurance complète est donc une condition exigée par l’immigration néo-zélandaise.

Peu importe laquelle tu choisiras, le plus important est que tu en prennes une.  Car les couts de soins de santé et les frais médicaux en Océanie sont extrêmement chers.

L’assurance que j’ai utilisée durant mes PVT (que j’utiliserai à nouveau pour le Canada), est le plan santé WHV de GobyAVA. J’ai toujours été très satisfait de leurs services, je la recommande volontiers depuis un bon moment et je n’ai jamais eu de retours négatifs.

Les points forts de GobyAVA et de leur plan WHV selon moi :

  • Leur réactivité
  • Le rapport couverture/prix (31€ par mois grâce au 12e mois offert et à mon code partenaire « JEREMYAVA », ça revient bien moins cher que les autres à l’année.)
  • Le suivi personnalisé
  • Équipe à taille humaine
  • Frais médicaux illimités et sans franchise
  • Rapatriement pour toi si l’un de tes proches est hospitalisé dans ton pays. Ou billet A-R pour un de tes proches si tu es hospitalisé.
  • Minimum 90 jours en dehors du pays du PVT également couverts (Petite virée aux Fidji ou dans les îles du Pacifique ?)

Bref, je n’ai pas peur de dire que tu peux leur faire confiance les yeux fermés. En plus de ça, t’as la garantie Jéjé, si un jour t’as un souci ou une urgence, tu peux me contacter via Instagram, ayant des numéros whatsapp avec leur équipe (notamment du directeur commercial), j’ai en général une réponse dans la journée.

À noter que le code partenaire « JEREMYAVA » te fait bénéficier de 5% de réduction, quelle que soit la durée de ta souscription, donc il est valide pour 6 mois, 8 mois, 1 an, etc.

J’ai rédigé un guide complet pour t’aider à choisir une bonne assurance PVT adaptée à la Nouvelle-Zélande de manière objective, en tant que voyageur, si tu veux plus d’infos.

Étape 3 : Choisir sa ville d’arrivée

Le choix de la où tu atterriras en Nouvelle-Zélande est relativement moins important qu’en Australie, par exemple (si tu choisis Sydney mais qu’en fait tu veux aller à Perth, t’es à 4000 bornes).

L’énorme majorité des touristes et des PVTistes atterrissent à Auckland, de loin l’aéroport le mieux desservi du pays. C’est logiquement pour cette ville que tu trouveras les vols les moins chers sur les différents comparateurs.

partir en nouvelle zelande auckland

Coucher de soleil sur Auckland

Mais Auckland n’est pas la seule option pour débuter son PVT (ou son voyage). Je pense un jour écrire un article complet sur le choix de la ville d’arrivée. Mais en attendant, voici quelques questions à se poser.

entrepreneurs-nomades-podcast-voyage-jeremybackpacker

S’abonner sur Spotify ou sur Apple podcast

 

Auckland, Wellington, Christchurch ou Queenstown ?

Ce sont les 4 grandes options. Auckland, Wellington (île du nord) et Christchurch (île du Sud) possèdent chacune leur aéroport international. Pour rejoindre Queenstown, il faudra prendre un vol interne.

Les 3 questions à se poser sont :

  • À quelle période de l’année vas-tu arriver ? (été, hiver?)
    En hiver, par exemple, l’île du sud-est plutôt paralysée, de nombreuses routes et randonnées sont fermées, par sécurité.
  • Que comptes-tu faire une fois sur place ? Travailler ? Acheter un van ?
    Pour être honnête, trouver un travail n’est pas compliqué en Nouvelle-Zélande, trouver un bon travail demande plus de recherches, ceci dit. Mais tu peux trouver un job un peu près n’importe où, donc ça n’est pas un facteur « décisif » selon moi. Que ça soit pour économiser ou faire du bénévolat/Helpx.
    En revanche, si tu souhaites acheter un van, tu trouveras des prix beaucoup plus intéressants à Christchurch. Mais moins de choix qu’à Auckland.

Aperçu des 4 villes d’arrivées possibles :
J’ajoute l’auberge la moins chère et la mieux notée pour chaque ville, si tu veux jeter un oeil et avoir une idée des prix. D’ailleurs, une fois que tu as ta date d’arrivée, je recommande de réserver les 4-5 premières nuits dans une auberge, surtout si tu arrives seul(e), t’auras envie de voir du monde!)

villes et capitale carte nouvelle zelande

Principales villes en N-Z. Source : researchgate.net

Auckland n’est pas spécialement agréable, tu as vite fait le tour et les loyers y sont chers. On m’a souvent conseillé de quitter Auckland dès que je m’étais occupé de l’administratif, ce que j’ai fait, haha.
➤ Auberge la mieux notée :  YHA Auckland City

Wellington est réputée comme étant très agréable à vivre, bien qu’elle fasse partie des endroits les plus venteux du monde. Pour y avoir passé quelques jours, elle est vraiment sympa. Le souci c’est qu’elle n’est pas spécialement bien située pour entamer un road trip des 2 îles.
➤ Auberge la mieux notée : le Nomads Capital Backpackers

Christchurch, on ne s’y est même pas arrêté, mais la ville est réputée « peu attractive ». Son principal avantage est de pouvoir trouver des véhicules aménagés à de très bons prix.
➤ Auberge la mieux notée : Jailhouse Accommodation

Queenstown, capitale de l’aventure en Nouvelle-Zélande. On a adoré cette petite ville entourée de paysages, de montagnes et de randonnées incroyables (Ben Lomond, notamment). Mais les loyers y sont relativement élevés, et très peu de gens vendent leurs véhicules là-bas.
➤  Auberge la mieux notée : JUCY Snooze Queenstown

sommet ben lomond, queenstown nouvelle zelande

Sommet du Ben Lomond, Queenstown

Étape 4 : Réserver son billet d’avion pour la Nouvelle-Zélande

Aaaah, problème l’étape qu’on repousse le plus, car c’est là que ça se concrétise réellement. Autant le visa, même si tu l’as tu peux temporiser pendant un an, mais quand tu réserves ton vol, la deadline est réelle.

J’ai moi-même repoussé l’achat du billet pour mon premier départ en Australie jusqu’à 3 ou 4 semaines avant la date à laquelle je voulais plus ou moins arriver. Ne fais pas comme moi, haha.

Quant au choix du vol et de la compagnie aérienne, tu as 2 écoles :

1. Passer par un comparateur en ligne et prendre un vol « low cost » : prix plus bas mais avec les « risques » et contraintes que ça implique. Skyscanner reste pour moi le plus complet et le plus pertinent.

2. Opter pour une compagnie aérienne réputée comme Air New Zealand (élue meilleure compagnie en 2020 par Forbes), Singapore Airlines, Qatar, etc.

Un premier vol long courrier vers est long et angoissant, surtout seul(e). Du coup ça peut être rassurant de savoir qu’on part avec une bonne compagnie, c’est le choix que j’avais fait en partant la première fois avec Singapore airlines, ça enlève un peu de stress.

Si ce type de vol t’intéresse, je te recommande le comparateur de vols spécial jeune/WHV créé par Vacances Australie.

Pas encore réservé ton vol pour l’Océanie ?
Le 1er comparateur de vols à tarifs PVT :

  • Des vols avec les meilleures compagnies à prix spécial PVT / WHV
  • Un service client par une agence française (pour modifs / questions)
  • Retour modifiable (jusqu’à 2 fois) et escale au choix sans frais
  • Réserve directement en ligne ou demande un devis gratuit

Concernant le choix de partir en aller simple ou en aller-retour, j’en parle plus longuement dans l’article dédié à la réservation de son vol.

Étape 5 : les documents à prévoir avant son départ en Nouvelle-Zélande

Au-delà du passeport, il y a quelques documents essentiels à prévoir avant de partir en Nouvelle-Zélande.

  • Le permis international : à part si tu souhaites faire la mythique randonnée de 3000 km’s « Te Araroa » (pour traverser toute la N-Z à pied, entre volcans, glaciers et décors du « Seigneur des Anneaux »), tu risques fort d’en avoir besoin.
    En France, il est gratuit mais ça peut prendre 2 à 3 mois pour le recevoir (plus d’infos)
    En Belgique, il coute entre 16 et 25 € mais s’obtient en moins d’une semaine( 3-4 jours pour moi) (plus d’infos)
  • Un document avec ton numéro fiscal indiqué (pour les Belges, c’est notre registre national, indiqué sur notre carte d’identité), ça peut être demandé pour l’ouverture d’un compte en banque
  • Si tu préfères avoir une preuve de fonds bancaire, bien la demander à ta banque
  • Une carte bancaire débloquée pour la N-Z (bien vérifier, au cas où, même si une fois ton compte NZ ouvert, tu transféreras de l’argent si besoin)
  • Des documents/contrats d’assurance voyage, c’est toujours bien d’avoir une ou deux copies papier des principaux formulaires (chez GobyAVA ils sont toujours toujours dans l’espace assuré en ligne, par exemple)

Je conseille aussi vivement de faire une copie numérique (scanner) des documents importants et de se les envoyer par email ainsi qu’à un ou deux proche(s).
Faire procuration peut aussi être très utile en cas de problème, déjà que l’administratif chez nous c’est pas la joie, mais à l’autre bout du monde, ça n’aide pas.

Étape 6 : quel budget prévoir pour partir en Nouvelle-Zélande ?

Alors oui, théoriquement, les 4 200 NZD (+prix vol retour) sont à justifier.

Mais la notion « avoir accès » est importante, et arriver avec l’équivalent de 2300€ en poche, ce n’est pas recommandé.

Ton budget de départ dépendra de ta priorité à l’arrivée, les démarches et les dépenses ne sont pas les mêmes si tu souhaites acheter un van, trouver un job, faire du HelpX, etc.

Si tu comptes rechercher un emploi dès ton arrivée, je pense que prévoir entre 1000 et 1500€ sur place devrait te donner un peu de marge, le temps de t’acclimater.

Vivre en auberge en Nouvelle-Zélande coute globalement entre 150 et 200€/sem (auberge + nourriture), si tu commences à sortir (et tant que backpacker, t’y passeras), ça peut vite monter à 250€ ou plus.

Je suis arrivé avec un peu moins de 500€, et même en faisant du couchsurfing, ça descend vite, heureusement que j’avais trouvé un travail en une semaine.

partir travailler en nouvelle zelande

Travailler en vivant dans une caravane pendant 5 mois en NZ, done.

Si tu souhaites acheter un véhicule, les prix varient énormément en fonction des saisons et du type de véhicule, donc je te renvoie à nouveau vers cet article pour te faire une idée des prix (et jeter un oeil sur les sites que je recommande).

Comment faire des économies avant même de partir ?

En 3 PVT, s’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est que définir ce que tu comptes faire à l’arrivée, ta « priorité » (autre que les démarches de base), et savoir comment t’y prendre avant même d’arriver sur place, ça te fera gagner énormément de temps.

Et en Océanie, en tant que PVTiste, le temps, c’est de l’argent.

Pour mon premier PVT en Australie, je ne savais pas comment on cherchait un emploi sur place, donc après plusieurs semaines, j’accumulais des petits jobs à gauche et à droite, en couvrant mes dépenses (je sortais beaucoup, hum), mais je n’économisais pas réellement.

2 ans plus tard, avant même d’arriver en Nouvelle-Zélande, j’étais inscrit sur des sites de recherches d’emploi, je connaissais les sites importants, etc. Et en moins d’une semaine, j’avais trouvé un job où j’ai travaillé pendant 5 mois.

Étape 7 : prévenir les organismes de son départ & résilier ses abonnements

Pour cette étape, c’est tellement vaste et propre à chaque situation que c’est compliqué à détailler.

Un couple qui remet son appart, doit prendre une année sabbatique voire quitter leur boulot aura bien plus de démarches qu’un jeune diplômé qui vivait encore chez ses parents.

Chacun et chacune doit contacter les organismes sociaux et les prévenir de son départ à l’étranger. Que ça soit Pôle Emploi, le chômage (qu’il est évidemment interdit de toucher en NZ, tu peux poser des jours de congés pour le début, mais ensuite il faut geler ses droits, le mieux est de voir avec eux et de les contacter).

Il faudra aussi penser à résilier tous les contrats en cours. Le téléphone notamment, si tu souhaites garder ton numéro, soit prendre un abonnement pour l’étranger (comme « Free ») ou prendre le plus petit abonnement possible.

Étape 8 : préparer son sac pour partir en Nouvelle-Zélande ?

Là aussi, rien que cette étape nécessiterait un article à part entière sur ce blog.

Le climat néo-zélandais est très variable et n’aide justement pas à savoir quoi mettre dans son sac.

Tu as l’été, chaud et ensoleillé, avec un soleil bien plus intense que chez nous (donc crème solaire en rando les gars).

L’hiver, froid voir très froid (surtout sur l’ile du sud), donc il faudra prévoir des vêtements chauds, ta plus grosse veste, plusieurs couches si tu décides de vivre dans ton van durant cette saison, etc.

randonnee roys peak wanaka

Roys Peak, Wanaka pour le lever du soleil. Jamais eu aussi froid de ma vie.

Et entre les deux c’est un peu l’inconnu, il peut beaucoup pleuvoir par période, mais faire grand soleil. Chose inévitable et parfois lassante à force, le vent. Le vent en Nouvelle-Zélande, ça peut rendre fou. D’où la popularité des vêtements « coupe-vent » là-bas (laine de mérinos notamment, ça coute cher mais tu peux en trouver dans les magasins de seconde main).

2 conseils généraux importants pour ton sac :

  • Prends un vrai backpack / sac à dos, ne t’encombre pas avec une valise énorme, crois-moi.
  • NE PRENDS PAS TROP. La vie de backpacker, c’est souvent mettre les mêmes fringues, on s’y fait tous, haha.
    Prévois des habits confortables et pratiques qui sèchent vite, des vêtements que tu peux porter à toutes saisons. Puis quelques vêtements plus spécifiques. Tu peux aussi acheter des vêtements là-bas, encore une fois, les second hand shop, c’est la vie.

Étape 9 : découvrir la vie, la vraie !

Je pense l’avoir assez répété tout au long de l’article, mais l’expérience PVT est une opportunité incroyable qu’on devrait tous vivre une fois dans sa vie.

C’est une réelle école de la vie qui t’en apprendra énormément sur les autres, sur les cultures, mais aussi sur toi, ta vision du monde, tes réflexions.

Partir en Australie fin 2015 a changé ma vie. Car j’ai découvert ce que je voulais faire. J’ai découvert que la vie c’était bien plus que ce qu’on veut nous faire croire, ce qu’on nous « impose » pour « réussir sa vie » (diplôme, job, appart, voiture, meilleur job, emprunt sur 20 ans, etc..).

Certains y trouvent leur bonheur, moi non.

Bref, cet article est très long, désolé.

J’espère que tu y vois plus clair sur les préparatifs avant de partir en Nouvelle-Zélande et que cet article t’a plu et aidé.

Si c’est le cas, n’hésite pas lire l’article sur les démarches essentielles pour s’installer et travailler en N-Z, ainsi que les autres articles sur le PVT en Nouvelle-Zélande.

Partir en Nouvelle-Zélande | les liens pratiques :
🚑 Pour partir bien assuré : le Plan Santé WHV de GobyAVA (5% avec JEREMYAVA)
🛏 Pour réserver ton logement : Booking
🚐 Si tu souhaites réserver ton van / camping-car par toi-même Motorhome Republic
📸 Pour me retrouver et échanger : Instagram

Si tu veux soutenir gratuitement ce blog et mon travail, n’hésite pas non plus à :

  • me faire part de tes éventuelles remarques, questions, ou simplement me faire savoir que l’article t’a aidé (ça fait toujours très plaisir pour le temps investi) via les commentaires ou directement via mon Instagram.
  • recommander ou partager cet article ou ce blog si l’occasion se présente (en réponse à une question dans un groupe FB, par exemple) ou simplement en parler, le bouche-à-oreille m’aide beaucoup en tant que blogueur indépendant.
    (Et si tu tiens un blog, tu peux mentionner ce blog et je viendrai jeter un oeil donc, dis-le-moi!)
  • Penser à mon code partenaire JEREMYAVA si tu choisis de souscrire chez GobyAVA (tu peux aussi le recommander à tes potes, ça m’aide beaucoup!).
  • T’inscrire à la liste d’emails

[optinform]

Merci de m’avoir lu jusqu’ici en tout cas !

Backpackeusement,

Jérémy

[Afin de continuer à faire vivre ce blog et pouvoir y consacrer du temps, cet article comporte des liens affiliés. Ce qui signifie que si tu les utilises, le prix est exactement le même (dans cas certains, il y a même une réduction), mais ça permet de soutenir ce blog indépendant et mon travail (donc ça m’aide beaucoup ! 🙌🏼). Je ne recommande que des services ou agences en lesquels j’ai entièrement confiance et qui sont en accord avec mes valeurs (pas de liens Amazon ici, par exemple). Mais simplement être lu est déjà une belle récompense !]

4.9/5 - (18 votes)
Cet article t'a été utile ? N'hésite pas à le partager ou l'envoyer à un proche. :)

Ça devrait aussi t'intéresser !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des cookies sont utilisés sur ce blog pour te garantir la meilleure expérience. Continue pour accepter. D'accord En savoir plus.